A PROPOS

un site de médiation scientifique en environnement et géosciences

L'odyssée de la terre

Le grand récit de la Terre à portée de clic !

« Imaginons que nous puissions passer en revue les 4.6 milliards d’années de l’histoire géologique de notre planète en seulement 12 heures. A cette échelle de temps accéléré, nous serions capables d’observer la dynamique interne de notre planète. Nous assisterions à la séparation des continents et à leur lente dérive. Poussés de part et d’autre du globe, les continents s’éperonnent si violemment que des chaînes de montagnes se retrouvent hissées à des milliers de mètres. En se basant sur cette échelle de temps, il faudrait plus de 10h30 pour assister à l’apparition et à la diversification de la vie, avant de parvenir à la formidable « radiation » du vivant, il y a près de 542 millions d’années. L’insignifiance de l’existence de l’Humanité prend toute sa mesure quand on réalise que le premier Homo Sapiens apparut sur la planète bleue à peine un peu plus d’une seconde avant la 12éme heure de cette échelle de temps accéléré. Ces premiers hominidés vivaient dans la Rift Valley, en Afrique, il y a un peu plus de 130 000 ans. »

DR.ROBERT R.COENRAADS, CONSULTANT ET VULGARISATEUR SCIENTIFIQUE EN SCIENCES DE LA TERRE


La terre a un commencement et aura une fin. elle a donc une histoire...

Pour appréhender le monde tel que nous le connaissons il convient de remonter le temps… les temps géologiques. Notre planète est loin d’être immuable, des évolutions et des métamorphoses s’opèrent constamment au gré de ses humeurs. Ces héritages géologiques ont façonné la physionomie de notre planète et le vivant.

Comprendre et s’approprier l’histoire de l’Odyssée de la Terre implique une minutieuse enquête. Une enquête longue et fastidieuse mais qui invite à la découverte et à la contemplation

"Cette fragile boule bleue, avec ses continents comme des radeaux à la dérive, restera le port d'attache de l'Homme lorsqu'il voyagera encore plus loin dans le Système Solaire. "

Harrison H.Schmitt - membre de l'équipage d'Apollo 17

une planète unifiée

Depuis les philosophes de l'Antiquité, les forces qui gouvernent notre planète et président à sa métamorphose s'organisent autour des quatre éléments fondateurs de l'Univers, à savoir la terre, le feu, l'eau et l'air, auxquels pourraient s'ajouter un cinquième : la vie.

 

Ces mécanismes naturels, toujours à l’œuvre, et en perpétuelles mutations, sont considérés comme les clés pour comprendre l’état actuel de la Terre et l’évolution du vivant. Notre planète est d’une extrême complexité, et sa transformation continue. La Terre est aujourd’hui vue comme un système dans lequel les éléments solides, liquides, gazeux et vivants sont en interactions constantes, définissant des processus complexes, qui unissent les forces géologiques ; atmosphériques et biologiques. Depuis une cinquantaine d’années, la vision de notre planète et son étude sont devenues globales, interdépendantes. Cette représentation d’ensemble et pluridisciplinaire de la Terre permet aujourd’hui de définir ce que les scientifiques nomment le “Système Terre” ou “Géosystème”. 

Notre planète continue de se transformer, sous nos yeux, à nos pieds, lentement et inexorablement… Qui ne s’est jamais émerveillé devant le spectacle que nous offre la nature ? Chaque paysage qu’il soit façonné par l’homme ou non a une histoire. Une histoire qui invite à la découverte et à l’émerveillement devant les beautés constamment renouvelées de notre planète…

une magnifique symbiose

Les processus et mécanismes naturels qui façonnent notre planète sont abordés autour des grandes sphères d’influence qui constituent le "Système Terre".

Cette magnifique symbiose naturelle a permis de définir des milieux naturels singuliers et des écosystèmes aux interactions complexes : la biosphère. La dérive des continents – liée à la géodynamique interne de notre planète – a apporté le support nécessaire à l’évolution des espèces : la géosphère. Notre étoile, le Soleil, garantit par son énergie épanouissement et pérennité de la vie.

La vie qui n’en serait pas moins possible sans la « matière miracle » : l’eau, présente sous ses trois formes : gazeuse ; liquide et solide, qui confère à notre astre le doux nom de « planète bleue », corps céleste unique dans l’Univers où foisonne la vie, jusqu’à preuve du contraire ! Tandis que pour les uns, la fameuse molécule H2O a été apportée par des corps célestes, pour d’autres ; elle serait issue d’une intense activité volcanique dans la genèse de la Terre. Les gaz issus de l’activité volcanique auraient progressivement contribué à créer une enveloppe protectrice contre les rayonnements cosmiques : l’atmosphère. Une fois la vapeur d’eau condensée, les perturbations atmosphériques ont alors donné lieu à un déluge qui durera plusieurs millions d’années pour aboutir à la formation des océans, il y a environ 4.2 milliards d’années, et de nombreux réseaux hydrographiques qui parcourent encore et toujours notre planète : l’hydrosphère.

Ces sphères naturelles sont intimement liées et s’influencent les unes les autres, assurant un équilibre précaire du Système Terre. Les cycles de l’eau, de l’oxygène et du carbone qui relient la géosphère, l’atmosphère, l’hydrosphère et la biosphère sont les cycles clés qui permettent de comprendre l’histoire et l’évolution de notre planète. La modification de l’un de ces paramètres naturels entraîne alors des répercussions à grande échelle. Des déséquilibres dont les causes sont parfois imputables à l’Homme…

La géosphère

La géosphère représente la partie minérale de notre planète qui sert de support à l’ensemble des êtres vivants.

La géosphère correspond à la Terre en elle-même : les roches, les minéraux et l’ensemble des formes du relief de surface, mais aussi à son intérieur avec ses différentes couches. La croûte terrestre : la partie la plus fine et la plus externe de notre planète, est le support du vivant : la biosphère, et tout particulièrement de l’Homme :  “l’Anthroposphère”. Le manteau terrestre, la couche la plus épaisse, est à l’origine du volcanisme et de la sismicité  de notre planète. Le noyau externe de notre planète qui contient du fer liquide est à l’origine du champ magnétique terrestre qui nous protège des vents solaires et autres rayonnements cosmiques qui voyagent dans le Système Solaire.

La géosphère est régi par deux principes fondateurs des Sciences de la Terre : la tectonique des plaques et la dérive des continents qui préfigurent le visage de la Terre depuis sa création. Il y a environ 200 millions d’années, les continents actuels étaient réunis en un supercontinent appelé la Pangée, que la tectonique des plaques, a ensuite disloqué pour aboutir à la disposition géographique des continents telle que nous la connaissons aujourd’hui. La tectonique des plaques qui témoigne de l’activité interne de notre planète. est à l’origine de violentes catastrophes géologiques que sont les séismes ou encore les éruptions volcaniques.

Bien que statique en apparence, la géosphère affecte l’atmosphère et l’hydrosphère notamment par le biais du cycle de l’eau et des cycles biogéochimiques. Le cycle du carbone est l’un des cycles clé reliant la géosphère, l’atmosphère, l’hydrosphère et la biosphère. Les propriétés biochimiques des sols et leurs acides humiques régissent la position des grands écosystèmes et groupements végétaux terrestres.

“L’Anthroposphère” entretient une relation particulière avec la géosphère puisqu’elle fournit les matières minérales qui garantissent l’épanouissement énergétique et économique de nos sociétés. La géosphère qui subit les effets du temps sous les effets de l’érosion est également le support de nos activités agricoles qui garantissent notre équilibre alimentaire.en

lithosphere
logo lithosphere
atmosphere
logo atmosphere

l'atmosphère

L'atmosphère est la fine enveloppe qui délimite la géosphère du vide intersidéral.

Constituée de nombreux gaz, dont 78% d’azote, l’atmosphère est formée de différentes couches concentriques aux limites floues et définies selon un gradient thermique. Sa capacité à stocker la chaleur, par effet de serre, rend possible toute forme de vie sur notre planète en nous protégeant des rayonnements ultraviolets du Soleil. La flore par le biais de la photosynthèse y injecte de l’oxygène : gaz bénéfique à toutes espèces vivantes.

L’atmosphère entretient une relation étroite avec l’hydrosphère grâce au cycle de l’eau et ses phases d’évaporation et de condensation qui permet l’existence des océans et des réseaux hydrographiques terrestres. Comme en témoignent les divers événements météorologiques qui se déroulent dans ses basses couches, l’atmosphère est dynamique : une machinerie complexe avec des vents dominants qui assurent le transfert de la chaleur excédentaire de l’équateur vers les pôles plus froids. Un juste équilibre des pressions et des températures qui assurent l’épanouissement de la biosphère. Sans atmosphère, pas d’eau, pas de vie !

L'HYDROSPHère

L'hydrosphère représente la somme de toute l’eau présente sur Terre.

La Terre est la seule planète du Système Solaire à posséder de l’eau sous ses 3 formes (gazeuse, liquide, et solide). Cette eau représente 71% de la surface terrestre, ce qui vaut à la Terre le surnom de « planète bleue ». L’hydrosphère est un système ouvert en étroite relation avec l’atmosphère, processus assuré par le cycle de l’eau. Le transfert de l’eau depuis l’océan vers l’atmosphère est rendu possible grâce à l’évaporation, et par la condensation de l’atmosphère vers la géosphère, sous forme de précipitations. La quantité d’eau qui circule dans le cycle hydrologique reste toujours la même.

97% de cette eau est salée, les 3% restants représentent l’eau douce, essentielle aux formes de vies terrestres et à “l’Anthroposphère”. Seulement 3% de cette eau douce est à l’état liquide, alors que 70% d’entre elle se trouve à l’état solide prenant la forme de glaciers de montagnes et de calottes glaciaires : il s’agit du monde de la cryosphère.

La cryosphère joue un rôle crucial dans le climat terrestre, puisqu’elle régule l’équilibre énergétique de notre planète en réfléchissant une grande quantité de rayonnement solaire, (l’effet albédo) diminuant ainsi le trop plein d’effet de serre qui serait préjudiciable pour le vivant.

hydrosphere
logo hydrosphere
bioshpere
logo biosphere

la biosphère

La biosphère comprend l'ensemble du vivant sur Terre.

La biosphère représente le monde du vivant composé d’ensemble complexe d’espèces animales et végétales depuis les fonds océaniques jusqu’aux plus hauts sommets. Le développement de la biosphère est assuré par l’énergie du soleil qui permet l’assimilation de nutriments indispensables à la croissance des êtres vivants ainsi qu’à leur reproduction. L’association de communautés d’êtres vivants (la biocénose) avec leur milieu naturel (le biotope) définit des écosystèmes complexes. La biosphère comprend les formes de vie allant des bactéries microscopiques unicellulaires aux grands mammifères pluricellulaires.

La vie est présente sur toute la géosphère mais la diversité et la masse du vivant (biomasse) varie considérablement d’un milieu naturel à un autre. Les forêts tropicales qui occupent 6% de la surface de la planète renferment les écosystèmes les plus riches en biodiversité et réuniraient de 50 à 80% des espèces animales ou végétales terrestres. Alors qu’ils représentent moins de 1% des fonds marins, les récifs coralliens sont également des écosystèmes les plus riches en biodiversité. La biodiversité des grands fonds océaniques, des milieux glaciaires ou encore des milieux désertiques, d’apparence plus restreinte, est encore méconnue. Alors que l’on a décrit quasiment 2 millions d’espèces, on estime que 8.7 millions d’espèces peupleraient notre planète. Chaque année ce sont quelques 16 000 nouvelles espèces qui sont découvertes.

Selon la théorie de l’évolution, les espèces se diversifient et évoluent pour s’adapter aux milieux naturels dans lesquels ils évoluent. Cette évolution n’en est pas moins limitée dans le temps puisque la biosphère a été frappée par cinq extinctions massives dans le passé géologique de la Terre. L’extinction de masse la plus importante coïncide avec la fin des dinosaures il y a 65 millions d’années. Ces extinctions massives d’espèces trouvent des causes dans des catastrophes naturelles et/ou des changements climatiques naturels de grande ampleur. De nos jours, l’activité humaine est l’une des causes principales de perturbation et de détérioration des écosystèmes. Les scientifiques y voient désormais une sixième extinction massive de la biodiversité.

"Être capable de percevoir l’histoire inscrite en filigrane dans les formes, les ombres et les couleurs de notre planète revient un peu à posséder un sixième sens. Cela offre une perspective nouvelle ; nous sommes tout petits, plus encore que nous le pensions. Voilà qui ne doit pas nous effrayer, mais plutôt opportunément nous obliger à rabattre de la suffisance qui est la nôtre…"

Chris Hadfield - Spationaute canadien

Avec l’Odyssée de la terre apprenez a décrypter l’histoire de notre planète et son fonctionnement dans sa globalité. relevons ensemble les défis du XXI ème siècle pour assurer la durabilité de notre planète. 

Abeille
cervin
Éruption du Sakurajima, Japon. Crédit photo : Martin Rietze (Alien Landscapes on Planet Earth), APOD, NASA
Ouragan Isabel

une planète agitée

Le décor est planté, avec des continents ; des océans et des cycles géochimiques complexes, la Terre et la vie qu’elle héberge peuvent désormais cohabiter, alternant entre moments de quiétude et de violence.

Notre planète est loin d’être statique ; inerte, mais s’avère aussi capricieuse qu’imprévisible. Les colères de la Terre s’expriment de nombreuses façons : séismes et tsunamis en Asie, éruptions volcaniques en Amérique latine, inondations en Europe, tornades aux États-Unis, sécheresses en Afrique, typhons dans le Pacifique, feux de forêt prés du bassin méditerranéen… Aucune région, aucun pays n’est épargné. Ces catastrophes naturelles meurtrières nous rappellent que notre planète est vivante, animée d’une dynamique naturelle qui menace au quotidien notre équilibre.

Les aléas climatiques sont de loin les phénomènes les plus fréquents, tout particulièrement les inondations. Les aléas géologiques nous rappellent que l’intérieur de notre planète est agité de mouvements, difficilement prévisibles, impliquant des milliers de victimes et des dégâts colossaux chaque année. Au cours de la dernière décennie, les catastrophes naturelles ont touché 2,4 milliards de personnes dans le monde (source : CRED). La hausse de la démographie mondiale et l’urbanisation galopante dans les régions à risque impliquent davantage de pertes en vies humaines et économiques. Ainsi de nos jours, les catastrophes naturelles tuent davantage de monde et coûtent plus chères qu’auparavant.

La très grande majorité des victimes sont enregistrées dans des pays à faibles revenus, où les actions de prévention et de protection sont encore trop rares. La fréquence et l’intensité de ces aléas naturels sont à l’origine de grands mouvements migratoires et de réfugiés climatiques. Leur nombre devrait se multiplier dans les décennies à venir. Bien qu’il soit difficile de les prévoir et de faire face à ces menaces naturelles, les sociétés humaines possèdent des capacités de réaction et d’action inouïes pour les limiter les risques.  Il existe aujourd’hui des dispositifs d’alerte fiables et des moyens de prévention efficaces qui permettent de réduire l’impact de ces aléas naturels, tant sur le plan humain que financier.

LES RISQUES NATURELS GÉOLOGIQUES

Les déchaînements du sol...

LES RISQUES NATURELS climatiques

Les déchaînements du ciel...

"Il ne sert à rien à l’Homme de gagner la Lune s’il vient à perdre la Terre."

FRANÇOIS MAURIAC - ACADÉMICIEN, prix Nobel de littérature

anthropocene
logo anthropocene

l'anthropocène

Depuis environ 8 000 ans, le climat interglaciaire relativement stable de la Terre a permis l’essor démographique et technologique d’Homo Sapiens, engagé depuis le Néolithique avec l’avènement de l’agriculture.

Plus que toute autre espèce dans l’histoire de la Terre, l’Homme exerce aujourd’hui des effets néfastes sur son environnement, modifiant profondément les milieux naturels et perturbant durablement les écosystèmes. Avec ses 7,3 milliards d’âmes, notre planète commence à se faire étroite et n’arrive plus à encaisser ce que nous lui imposons : dérèglement climatique, pollution, destruction des écosystèmes, exploitation outrancière des ressources naturelles, parmi tant d’autres maux…

A ce titre, les scientifiques nous le disent, nous sommes entrés dans une nouvelle époque géologique, l’Anthropocène : « l’ère de l’homme », où celui-ci est désormais devenu une force géologique majeure au point de bouleverser les équilibres naturels de la Terre. Une période engagée depuis l’époque industrielle avec la diffusion des premières émanations de gaz à effet de serre, et tout particulièrement du dioxyde de carbone (CO2) à l’origine du réchauffement climatique de la Terre. “Les activités humaines, notamment l’usage des énergies fossiles, a conduit à une hausse exceptionnelle de la concentration des gaz à effet de serre transformant le climat à un rythme jamais vu par le passé.” (5ème rapport du GIEC). Depuis les 4.6 milliards d’années d’existence de la Terre, Homo Sapiens reste à ce jour, la seule espèce de l’histoire de la Terre à marquer de son empreinte, de manière néfaste et irréversible, les archives géologiques. A ce jour, les effets de l’Homme sur le système terrestre restent inconnus.

Pourtant, dans nos sociétés modernes des alternatives existent, Homo Sapiens met alors de côté son leurre pour exprimer son ingéniosité et pallier à ses propres manquements. Le développement durable et les énergies renouvelables en sont les concepts les plus représentatifs. Ils émanent d’une volonté collective de trouver des solutions et d’apporter des réponses aux grands défis socio-environnementaux du XXIème siècle. Dés défis qui soulèvent beaucoup d’interrogations et d’espoir pour la sauvegarde de notre planète et l’avenir de l’Humanité… Un challenge de notre époque, celui de “l’Anthropocène“.

"Nous avons façonné notre passé, nous façonnons notre présent, nous pouvons façonner notre avenir. Vous et moi faisons partie de cette histoire. Nous appartenons à la première génération qui prend conscience de cette responsabilité nouvelle. Alors que la population mondiale se dirige vers les
9 milliards d'habitants nous devons trouver une avenue sécuritaire pour l'Humanité et le bien des générations futures. "

LES maux de la terre

La mainmise de l'Homme sur la nature...

le réchauffement climatique

L'Homme modifie le climat...

"Les activités humaines ont conduit à une augmentation exceptionnelle de la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, transformant le climat à un rythme jamais vu par le passé. L'empreinte carbone de l'Humanité est énorme. Les sociétés devront s'adapter au changement climatique. L'ampleur du changement dépend des décisions prises aujourd'hui. Il nous appartient maintenant de décider quel avenir nous voulons."

hausse des températures

“Si on agit pas maintenant les températures devraient augmenter entre +3,3°C et +5,5°C à la fin du XXIème siècle par rapport à 1850.”

fonte des glaces

“Dans le scénario du pire, la banquise en Arctique pourrait avoir fondu de 94% en 2100.”

Evénements climatiques extrêmes

“En moyenne les précipitations augmenteront à l’échelle planétaire d’ici la fin du 21ème siècle.”

hausse du niveau marin

"D’ici 2100 la hausse du niveau des mers va encore s’accélérer et pourrait atteindre plus d'un mètre.”

“L’heure est venue de bouleverser notre manière d’agir, de penser. Notre idéal de progrès doit changer de direction, de nature pour garantir la survie de notre planète et celle des générations futures. Un challenge de notre temps, celui de l’anthropocène !”

"La Nature n’a pas à s’adapter à notre façon de penser. C’est à nous de changer notre façon de penser pour qu’elle s’adapte à la Nature."

Hubert reeves - astrophysicien , défenseur de la nature

les défis de l'anthropocène

Les actions pour la sauvegarde de la planète...

lutter contre le changement climatique

La température a augmenté de 1°C (plus ou moins 0,2°C) depuis la fin du XIXème siècle.
l'objectif est de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C par rapport au climat préindustriel.
si rien n'est fait pour enrayer le réchauffement climatique, la température pourrait augmenter de +4°C en 2100.

développer les énergies renouvelables

La priorité doit être donnée à la recherche et au développement des énergies propres comme l'hydraulique, la géothermie, l'éolien, le photovoltaïque, la biomasse ou le biogaz.

favoriser le développement durable

les sociétés humaines doivent vivre et répondre à leurs besoins sans compromettre ceux des générations futures. Cela implique de garantir l'équité sociale et économique, tout en préservant l'environnement et les ressources naturelles.

Avec l’Odyssée de la Terre Contemplez le monde avec curiosité et émerveillement devant les beautés constamment renouvelées de notre planète. 

Venez-vous confronter aux enjeux d’aujourd’hui et défis de demain en faveur de la Terre et de l’Humanité. Changeons de regard sur notre environnement. Ensemble prenons part à l’Odyssée de la Terre, à cette histoire extraordinaire qui est la nôtre, et décidons ensemble ce que nous voulons en faire !

partez pour l'aventure

Si vous êtes prêt à découvrir ou redécouvrir l’insignifiante place que nous occupons dans l’Univers, alors laissez-vous tenter par le grand récit de l’Odyssée de la Terre. Mais pour s’embarquer dans cette aventure il faut dépasser l’histoire dérisoire de l’Humanité et prendre conscience de l’immensité des temps géologiques qui façonnent la physionomie de notre planète. Ce que nous savons aujourd’hui de la Terre et de sa place dans l’Univers nous invite à l’humilité. Restons modeste et prenons le temps de reconsidérer ce qui fait de nous une exception cosmologique, sur une planète unique.

Embarquez pour le long voyage de l’Odyssée de la Terre, le grand récit de la Terre à portée de clic !

rejoignez l'aventure de l'odyssee de la terre

Et la Terre n'aura plus de secrets pour vous !

Les engagements de l'odyssée de la terre

A travers un regard d'information et de médiation scientifique, le site de l'Odyssée de la Terre retrace et décrypte la longue épopée de notre planète dont les mécanismes géologiques, climatiques et environnementaux on conditionné la vie.

Un site indépendant d'actualités et de médiation scientifique dans les domaines des sciences et de l'environnement.

"Il n'y a que deux façons de vivre sa vie : l'une en faisant comme si rien n'était un miracle, l'autre en faisant comme si tout était un miracle"

albert einstein