Le salar d’Uyuni : plus grand désert de sel de la planète

dans la même rubrique

Le sud-ouest de la Bolivie est occupé par le plus grand et le plus haut désert de sel de la planète : le salar d’Uyuni. Il représente en terme de superficie l’équivalent de deux départements français (environ 10 000 km²) et culmine à plus de 3 650 mètres d’altitude au niveau de l’Altiplano bolivien, haut plateau situé derrière la cordillère des Andes.

Une couche de sel vieille de 40 000 ans

La couche de sel s’est formée suite à l’évaporation d’un immense lac préhistorique (lac Minchin) qui recouvrait la région il y a environ 40 000 ans, et qui englobait les actuels lacs, Titicaca au Pérou ; le lac Poopó et le lac Coipasa (salar de Coipasa) en Bolivie. Les épisodes d’inondations et d’évaporations ont participé à la formation de couches successives de sédiments calcaires et de sel sur près de 100 mètres de profondeur.

Un désert de sel riche en ressources

Le salar d’Uyuni renferme d’importantes réserves de gypse, d’halite et de sel gemme, qui constituent la couche supérieure du désert, la plus blanche et la plus pure. Cette couche de sel qui peut atteindre une dizaine de mètres de hauteur, est exploitée pour l’alimentation et la construction. Chaque année sont extraits dans cette immensité blanche 25 000 tonnes de sel sur les 11 milliards estimés du gisement.

La couche la plus profonde quant à elle renferme des saumures riches en lithium et bore, utilisées notamment dans les batteries et les piles. Cette ressource capitale pour l’économie bolivienne constitue la plus grande réserve de lithium de la planète.

Avec 25 000 tonnes de sel exploitées chaque année, le salar d’Uyuni constitue la plus grande réserve de sel et de lithium de la planète.

Le salar d’Uyuni est dominé par un volcan en sommeil, le mont Tunapa occupé à son sommet par un petit glacier. Les précipitations qui se déversent sur ses flancs ont permis l’installation de communautés villageoises qui vivent de l’extraction du sel dans la région.

Pour l’anecdote, lors de la mission Apollo 11 en 1969, qui a envoyé pour la première fois un homme sur la Lune, les astronautes étaient intrigués par une immense tâche blanche clairement identifiable depuis l’espace : il s’agissait du salar d’Uyuni qui reflétait les rayons du soleil pendant la saison des pluies, à l’image d’un gigantesque miroir.

PLUS SUR LE SUJET...

commentaires

PARTICIPEZ AU RÉCIT DE L'ODYSSÉE DE LA TERRE EN LAISSANT UN COMMENTAIRE !

Merci de saisir votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

jetez un coup d'oeil

Aux “portes de l’Enfer” : le cratère de Darvaza

Situé dans le désert de Karakoum, au Turkménistan ; le cratère de Darvaza, surnommé les « portes de l’Enfer » est un cratère en combustion depuis plus de 40 ans.

La Chaîne des Puys à l’UNESCO : 1er site naturel de France métropolitaine

La Chaîne des Puys - faille de la Limagne devient le premier bien naturel de France continentale inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

1997 : un navigateur découvre l’ampleur de la pollution plastique des océans : le “7ème continent”

En 1997, le navigateur Charles Moore découvre l'ampleur de la pollution plastique dans l'océan Pacifique. Une pollution plastique qui touche aujourd’hui tous les océans mondiaux, que les spécialistes nomment le "7ème continent". Selon GREENPEACE, un million d'oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année des effets de la pollution plastique. 86% des espèces de tortues marines présentent du plastique dans leur système digestif. Elles confondent les sacs plastiques avec des méduses.
Ce contenu est protégé par le droit d\'auteur ! Vous ne pouvez donc pas le copier. Merci de respecter le travail des auteurs du site et de ses partenaires.